Brenthis ino R VU

Nacré de la Sanguisorbe (Le)

Nacré de la Sanguisorbe (Le), Nacré des marais (Le), Nacré de la Reine-des-prés (Le), Ino (L'), Nacré mauve (Le), Grande Violette (La)

• Liste rouge: Vulnérable (VU)

Phénologie (d'après les données de cettia-idf)

Chenilles (3 données):

Vol (153 données):

Carte de répartition d'après la base de données cettia-idf.fr


carroyagecommunes

Note: Les cartes par mailles 2x2km laissent également apparaitre les communes pour lesquelles il n'existe pas de données plus précises que la citation communale.

Commentaires sur l’espèce

Cette espèce en régression est spécifiquement menacée par la dégradation des prairies humides (eutrophisation, drainage, pâturage et fauche intensifs).

La chenille se nourrit la nuit ou de jour par temps couvert.

(Pour d'autres informations sur l'écologie et la biologie de l'espèce, consultez notamment le livre La Vie des Papillons - Lafranchis et al., 2015)

Habitats 

En Île-de-France, les principaux milieux de vie de l'espèce sont :

  • Végétations riveraines
  • Végétations des tourbières
  • Végétations des mégaphorbiaies et des prairies humides

(Nomenclature issue du Guide des végétations remarquables de la région Île-de-France - Fernez et al., 2015)

Elle utilise comme plante-hôte : Filipendula ulmaria, Sanguisorba.

Ciblage des prospections

Identification nécessitant un examen attentif : confusion possible avec d'autres espèces.
La discrimination avec les autres Nacrés se fera par l’observation attentive des motifs présents sur le revers des ailes postérieures (attention à la confusion avec Brenthis daphne, mais B. ino a une couleur de fond moins vive).

(Voir par exemple le guide de détermination des papillons diurnes - Lafranchis, 2014)

Avertissement: Les cartes et graphiques présentées ne correspondent qu'à l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives. Le projet d'atlas dynamique est une retranscription en temps réel des contributions de chacun sur la base de données et toute nouvelle donnée est à ce titre intéressante, même pour les espèces les plus communes