Rattus norvegicus C

Rat surmulot

Rat surmulot, Surmulot, Rat d’égout

Phénologie (d'après les données de cettia-idf)

Juvéniles (4 données):

Présence (367 données):

Carte de répartition d'après la base de données cettia-idf.fr


carroyagecommunes

Note: Les cartes par mailles 2x2km laissent également apparaitre les communes pour lesquelles il n'existe pas de données plus précises que la citation communale.

Commentaires sur l’espèce


Types d'observation
(calcul sur 414 données)

Calculé d'après les mots-clefs.
Estimation parfois faussée par des mots-clefs oubliés.

Le Rat surmulot est le plus grand représentant des Muridés en Île-de-France. Appelé aussi Rat d'égoût, il est connu pour être encore plus destructeur que le Rat noir (Rattus rattus). Il est à l'origine de toutes les souches domestiquées de rats qui sont élevées par les laboratoires. Semi-aquatique et souterrain, c'est une espèce grégaire, chez laquelle il existe une hiérarchie sociale très marquée : un mâle dominant mène un groupe de femelles et de mâles dominés qui défend son territoire contre ses congénères.

La reproduction a lieu entre le printemps et l'automne, période durant laquelle une femelle peut mettre bas deux à sept portées de cinq à dix petits. Si les conditions le permettent, le Rat surmulot peut même se reproduire toute l'année. Cette espèce très prolifique est surtout nocturne, et omnivore opportuniste : s'il se nourrit principalement de graines d'herbacées sauvages et de céréales dans les milieux naturels, il est capable d'exploiter toutes les ressources alimentaires disponibles, végétales et animales, en particulier en milieu urbain.

Habitats 

Espèce commensale de l’homme, le Rat surmulot fréquente essentiellement les biotopes ouverts créés par ce dernier et les milieux perturbés. Abondant dans l'ensemble des agglomérations, il est présent dans nombre d'habitats dits naturels, avec une certaine affinité pour les milieux humides.

Répartition en Île-de-France

Le Rat surmulot est présent dans tous les départements franciliens, avec une densité particulièrement importante dans le cœur d’agglomération.

Bien qu’il ne figure pas à la liste des espèces dites nuisibles, ses populations inféodées à l'habitat humain font l'objet d'opérations de destruction au moyen d'appâts additionnés d'anticoagulant difficiles à chiffrer, mais dont l’impact semble loin de menacer l’espèce, très abondante.

Les dix observations les plus récentes :

DateCommuneObservateur
27-11-201991220 Brétigny-sur-OrgeAntoine KITA
06-11-201991170 Viry-ChâtillonAntoine KITA
présent depuis la veille sur le trottoir
24-10-201995100 ArgenteuilTHIERRY MUNIER
23-10-201977120 MourouxJulien Bottinelli
dans la cave
23-10-201994800 VillejuifBenjamin Fougère
03-10-201995400 Villiers-le-BelBenjamin Fougère
01-10-201975012 Paris 12eXavier JAPIOT
25-09-201975012 Paris 12eAntoine LARRÉ
16-09-201991700 Sainte-Geneviève-des-BoisLucile Ferriot
15-09-201991800 Brunoyromain PROVOST
nagent sur l'Yerres et grimpent sur des branches surplombants la rivière !

Avertissement: Les cartes et graphiques présentées ne correspondent qu'à l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives. Le projet d'atlas dynamique est une retranscription en temps réel des contributions de chacun sur la base de données et toute nouvelle donnée est à ce titre intéressante, même pour les espèces les plus communes